samedi 14 avril 2018

Etagères


Cette semaine visite d'Amiénois.

Pascal très décidé avait apporté sa tenue de bricolage. Il ne faut pas décourager les bonnes intentions surtout quand elles sont exprimées avec conviction par quelqu'un qui aime bricoler.
Donc, dès lundi nous avons continué l'aménagement du couloir du grenier. J'avais déjà fait une étagère avant les quelques jours de vacances de la semaine dernière. Il en restait 2 à réaliser dont une assez grande.

La plus grande est celle qu'on voit sur cette première photo prise de l'entrée du couloir. Elle est  (comme les autres) en plancher de peuplier. Comme les planches (bouvetées)  font 15 cm de largeur et que nous voulions à cet endroit une étagère assez profonde, il a d'abord fallu en coller un certain nombre pour avoir des planches de 30 cm ... En attendant que ça sèche petit tour sous le hangar où nous avons commencé à ranger (et il y avait du boulot !).

Voilà donc cette étagère finie. 2,30 m de long, 1,20 m de haut et donc 30 cm de profondeur : de quoi stocker !
Les planches sont décalées d'une colonne à l'autre pour pouvoir les visser à partir des montants (il n'y a pas de tasseaux pour soutenir les plateaux).
Les trous créés par les vis ont été rebouchés avec une pâte à bois maison (mélange colle à bois et de sciure) puis poncés après séchage.


Sur cette deuxième photo on aperçoit, à l'entrée du couloir (au fond), l'étagère que j'avais déjà faite (profondeur 15 cm). A droite une extrémité de celle dont nous venons de parler et à gauche la troisième étagère de ce couloir (2 m de hauteur, 75 cm de large, 15 cm de profondeur).
Ce fut une bonne occasion d'utiliser des planches et des chutes issues de précédentes fabrications et précieusement gardées dans la grange.


Cette troisième étagère est adossée à la cloison qui sépare la salle de bains du couloir. Avec les étagères peu profondes nous allons alléger les bibliothèques du séjour et déballer quelques cartons ...
Vue sur cette réalisation à partir de la chambre.



Une fois ce travail terminé nous avons vidé et nettoyé la chambre (il doit y rester deux outils, un sac de chutes pour le feu et un escabeau). Je vais donc pouvoir commencer les finitions et les peintures. Ensuite je poserai le revêtement de sol (le même que dans le couloir). Et alors il sera temps de meubler !

Mais ça ne s'arrête pas là. Nous avons également continué à sévir dans le hangar (sciage et tronçonnage des dernières pièces de bois des travaux) mais aussi autour de la nouvelle mare : Nous avons essentiellement déplacé de la terre afin que je puisse plus facilement mettre en place la bâche qui tapissera le fond de la mare. Peut être cette semaine si le beau temps annoncé (enfin !) est au rendez vous (?). Je ferai un reportage sur cette mare très bientôt !

Marie s'active au jardin dès qu'elle le peut et Élisabeth a participé aux travaux de désherbage. 

Une équipe de choc a de nouveau sévit à la maison d'après mais rassurez vous il n'y a pas eu que du travail.

Ménagez vous !

jeudi 29 mars 2018

Deux mois ...

Deux mois sans nouvelles. Rien en va plus sur ce blog. Comme je l'ai déjà expliqué (il me semble) maintenant que je suis à la retraite (je ne vais pas vous faire le coup du retraité super occupé !) je ne pense tout simplement plus à mettre à jour ce blog aussi régulièrement que par le passé. La raison ? Je ne sais pas ... Mais disons que quand je travaillais encore il y avait le repère du dimanche soir qui n'existe plus aujourd'hui. Simpliste ? Peut être mais il faudra vous en contenter !

Alors quoi de neuf à la maison d'après ?

Bin ... le grenier ! ça fait maintenant plus d'un an que j'ai commencé ce chantier et il me semble en voir la fin.
Petit tour en images toutes fraîches du jour.

L'entrée du grenier. La porte a été enlevée. Ne reste que l'encadrement qu'on devine en bleu (!) et qui va être poncé et repeint.
A gauche et à droite de l'entrée il y a des murs (pierres et chanvribloc. Voir épisodes précédents) qui sont maintenant enduits. J'ai fait un corps d'enduit sable+chaux aérienne+chanvre et par dessus j'ai utilisé un enduit monocouche de la marque Argilus couleur rouge de Vendée. C'est la même technique sur les murs de côté des fenestrous que vous verrez plus loin.


Le revêtement de sol est posé (stratifié de la marque Haro). Les cloisons sont bien entendu terminées (volige de peuplier). Si vous vous demandez si c'est bien une marche qu'on aperçoit, la réponse est oui et allez voir les explications dans les épisodes plus anciens.

Avançons un chouïa. A droite on devine la porte de la salle de bains. Sur la cloison, à droite, un détecteur de présence qui commande des spots (pour voir la marche justement et aussi les éléments de charpente qui pourraient faire mal au crâne !).
Au fond la porte de la chambre. Le couloir est large. Je dois rapidement y aménager des rangements pour les cartons de bouquins qui nous encombrent encore une autre pièce.


Demi tour dans le couloir. Au fond l'entrée et les murs en enduit. La marche. Le fenestrou à droite ...



Gros plan sur un fenestrou. L'habillage de celui ci (mais idem dans la chambre) a été fait avec des chutes de chantiers précédents.
La cloison qui est en OSB a été peinte couleur maïs (peinture à l'eau + pigments naturels).



Un petit tour dans la salle de bains. Dans le dernier article (oui il y a deux mois, c'est bon là ...) je vous ai quitté dans l'attente du plombier. Et bien deux jours plus tard il était là ... La salle de bains est fonctionnelle depuis début février mais il reste encore quelques finitions.

Une partie de l'OSB a été peinte. Le reste de l'OSB restera "nature". Il y a même des toilettes à eau (en fait il y a des toilettes sèches aussi ! c'est au choix ...).


A côté de la porte il y a un lavabo et la douche dans l'angle.



Autre vue ... Il y a une prise électrique, un inter pour l'éclairage et autre pour la ventilation. Le miroir est éclairé par deux spots. (NB : la photo a été faite avant le ménage rendu nécessaire par mes ponçages !).


Dans la chambre les gros travaux sont terminés. Il n'y a plus que les peintures, le sol et enfin les finitions. Pour l'instant c'est toujours la partie atelier.
Dans l'ordre je vais terminer l'aménagement du couloir (j'ai encore besoin du matériel pour ça), puis vider la chambre, y faire les peintures et enfin poser le revêtement. La chambre devrait être habitable fin avril.


Vue du couloir depuis la chambre.


Une autre avec la porte du grenier à gauche



Sinon à l'extérieur il y a eu le creusement d'une piscine mare et d'une tranchée. La mare a plusieurs utilités : stocker l'eau qui tombe sur le toit du hangar et ainsi pouvoir s'en servir pour arroser la serre notamment, créer une zone de biodiversité à côte du nouveau jardin et accessoirement (?) un micro climat.
Comme depuis le creusement il ne fait que pleuvoir je n'ai pas pu mettre en place la bâche spéciale (EPDM), ni aménager les abords. Mais nous avons de l'eau ! La suite sera faite dès qu'il fera quelques jours de beau temps car il faut pouvoir vider et assécher la mare ...
La tranchée (qu'on devine à gauche sur la photo) est maintenant rebouchée. J'y ai posé un lit de gravier puis un tuyau qui amène l'eau des gouttières du hangar (au fond). Il y a 45 mètres entre la mare et le hangar.



A l'endroit où la mare a été creusée il y avait une bonne couche de terre végétale (que nous utilisons) et au fond assez peu d'argile (qui a été évacuée à la brouette vers l'entrée du pré pour combler un trou). C'est une chance car dans le terrain l'argile est souvent beaucoup plus proche de la surface.



Voilà ... Quelques jours de vacances la semaine prochaine ne seront pas superflus. Marie et moi en avons bien besoin !

Ménagez vous !


samedi 20 janvier 2018

Grenier

Vous savez quoi ? Marie et moi vous souhaitons une très agréable année 2018 avec plein de petits et grands projets !


Bin mon cochon ça fait un moment qu'on attend la suite !?
Alors, le grenier avance doucement mais il avance. Commencé il y a un an il me semble en entrevoir la fin ... Bon, il y a eu des vacances, le jardin, des attentes de matériaux, des visites, des flemmes monumentales, etc.
Mais enfin, il avance.

Un petit tour ?

On commence par la chambre. La cloison (avec le couloir et le grenier) sont habillées en volige de peuplier. A l'intérieur des cloisons il y a 6 cm de laine de bois. Les gaines électriques et les boîtiers sont (évidemment) posés.
Sur les rampants même punition : de la volige de peuplier. Ce fut un peu plus galère que les cloisons car les fermes et pannes anciennes, non changées en 2017 quand le toit a été refait, ne sont pas vraiment droites, voire complètement fantaisistes. Le charme de la rénovation.
La volige est fixée comme du plancher avec des vis à plancher (3.5 x 45 ou 50). 
Sur les murs (entre les rampants et le plancher) qui font 1,50 m de haut j'ai posé de l'OSB3 en 12 mm d'épaisseur. Cet OSB sera peint dans des couleurs vives pour changer un peu des teintes "bois".
Mais j'ai intercalé par ci par là (l'anarchie je vous dis) des planches verticales pour casser les plaques d'OSB et pouvoir ensuite faire des zones de couleurs variées (pas clair ? débrouillez vous ...).
On voit un exemple derrière l'établi pliant qui soutient la scie radiale.




 
 
Dans la chambre sur le pignon ouest, j'ai posé verticalement des planches de mélèze. C'est ce qui nous plaît le plus dans cette chambre. Du coup j'en ai commandé quelques m2  pour un autre projet dans la maison ... Chut ...
L'histoire des planches verticales pour "couper" l'OSB (évoqué ci dessus) de voit un peu mieux sur cette photo (derrière le plateau posé sur tréteaux = cliquez sur la photo pour l'agrandir).


Dans cette chambre il reste l'habillage du fenestrou à réaliser et le sol. Et aussi reboucher les écarts nécessaires dus aux bois tordus.

 Le couloir est en rade mais je commence la semaine prochaine les murs (OSB) et le rampant (lambris large blanc).
Pour les cloisons (salle de bain et grenier) il faut attendre que le plombier daigne venir  (Ce n'est pas faute de l'avoir relancé) ... En effet il y a une partie de la tuyauterie qui passe dans la cloison.



 Autre vue du couloir depuis la porte de la chambre? A gauche, l'entrée du (petit) grenier.

 
Le grenier qui attend lui aussi le plombier ...


La salle de bain. Murs en OSB et bardage bois.





Ça commence à ressembler à quelque chose non ?

La suite dès que ce %$$£*&#!! de plombier sera venu ...

Ménagez vous.


vendredi 3 novembre 2017

Le retour ...


Bon quelques jours d’absence et vous voilà tout déprimés. Allons, allons, les actionnaires de la multinationale "la maison d'après" ne vont pas vous lâcher comme ça. 

Alors, quelles nouvelles depuis le mois d'août ? Dans le désordre :

Trouvez la différence entre les deux photos ci dessous ...




Le (très) gros frêne à côté de la maison a été abattu. Il était malade, nous nous en doutions depuis un moment, mais les travaux ont accéléré sa fin.
Je n'aime pas en général voir des arbres tomber même si, paradoxalement, nous nous chauffons au bois. Mais là, voir tomber ce gros nounours que nous côtoyions depuis 16 ans a été plus difficile que je ne l'imaginais.

Il nous laisse quelques m3 de bois de chauffage, une souche d'environ 1 m de diamètre et pas mal de photos en souvenir.





La vue, quand on arrive à la maison, a bien changé.



Et alors côté grenier ça avance ?

Depuis août les ossatures des cloisons ont été faites. Les portes sont en place.

Nous pouvons maintenant bien appréhender les quatre volumes qui divisent le grenier  : le couloir, la salle de bains, la chambre et le mini-grenier.

Ici dessous, le couloir quand on entre dans le grenier. Au fond la porte de la chambre. A droite l'entrée de la salle de bains (la porte est ouverte) et sa cloison.
Pour l'instant j'ai fermé la cloison intérieure de la salle de bains en OSB3 et j'attends les matériaux pour le sol (liège) et le doublage des murs et rampants (bois).
Nous espérons que la salle de bains sera fonctionnelle pour Noël mais ce n'est pas gagné !


Les cloisons sont faites avec des chevrons de 6x4 cm. De chaque côté il y aura un habillage en bois (planches brutes poncées, lambris, OSB, volige peuplier, etc) et au milieu 6 cm de laine de bois.
L'assemblage des chevrons a été fait par vissage avec entretoises. Le chevron au sol repose sur une bande de liège de 0,5 cm pour limiter la transmission des bruits de la cloison vers le sol (donc le rez de chaussée).

Vue depuis la chambre qui sert d'atelier ...



Sur la photo ci dessous, la porte ouverte est celle de la chambre. A gauche il s'agit de celle du mini-grenier.


A suivre donc et très rapidement je l'espère !

Retour à l'extérieur où un panneau solaire a été installé. Il est relié à un chauffe-eau et devrait nous permettre de réduire notre consommation d'électricité. Nous l'avons mis au sol plutôt que sur le toit car nous sommes dans un périmètre classé.

Il a été posé entre la maison et la serre, dos à la haie qui masque les bacs à compost.



Devant ce panneau et la serre et, profitant du fait que le frêne ne fera plus ni ombre ni concurrence, nous allons installer un petit jardin (60 m2).
L'idée ici, c'est de regrouper la serre et le jardin pour éviter les pas (qui sont nombreux actuellement), mieux utiliser l'eau du puits et au passage mettre en place une zone très productive.


 

Une partie du futur jardin est en place, l'autre moitié devrait suivre rapidement.

Le grand jardin actuel n'est pas abandonné. Il est constitué de 4 parties de 40 m2. Il servira à certaines cultures comme les pommes de terre, les fraisiers et à produire des engrais verts (une partie est déjà implantée en luzerne depuis ce printemps).

Promis, vous aurez d'autres nouvelles rapidement !

Ménagez vous.

mercredi 23 août 2017

Fermacell sol


Je vous avais laissé avec la préparation du sol du grenier : pièces de bois à l'emplacement des futures cloisons, voile anti-fluage, gaines électriques ...

Maintenant le grenier ressemble à ça :


Comment ça c'est pareil ?

Les plus attentifs auront remarqué que des plaques au sol arrivent au niveau supérieur des pièces de bois évoquées plus haut (sauf dans ce qui sera notre petit grenier, à droite, où les granules sont étalés mais les plaques pas encore posées).
Il s'agit de plaques de Fermacell sol.
Ces plaques font 1,50 m x 0.50 m et 2 cm d'épaisseur (c'est la version simple. Il en existe une autre avec une couche de fibres de bois en dessous). Elles pèsent 15 Kg environ . J'en ai monté 60 au grenier. Mais elles sont faciles à porter sous le bras (voir dimensions).
Elles comportent un système de languettes de 5 cm qui permet de les assembler entre elles par collage et vissage.

Comme ici ...


Ça va ?

Les plaques sont simplement posées sur un lit, si possible de niveau (!!!), de granules de béton cellulaire.
Ces granules sont étalés comme pour une chape avec un système de rails et de règles prêtés par le vendeur (et estampillés Fermacell).
Les sacs  contiennent 50  litres de granules et pèsent 20 Kg. Nous en avons montés 45 (Marie m'a aidé sur ce coup là).

Pour ceux qui veulent voir une courte vidéo de démonstration (c'est une vidéo de pub, et ce n'est pas moi !) : Vidéo Fermacell

Les rails et règles avec niveau à bulle intégré SVP :





 Sur la photo ci dessous on voit, du bas vers le haut :

  • Un morceau d'une plaque posée
  • Une bande résiliente en fibres de bois (pour l'isolation phonique)
  • Une pièce de bois
  • Une autre bande résiliente
  • Les granules après étalement
Ai je besoin de préciser que c'est vu de dessus ? Ah si ?



 Ici les plaques posées de chaque côté d'une future cloison avec également des bandes résilientes.



 C'est un peu physique mais c'est à la portée d'un bricoleur. J'avais un peu de pression car le vendeur vous prête les règles mais il ne faut pas les garder 6 mois ! (et c'est un vrai confort que d'avoir ce matériel).

Pour couper les plaques j'ai utilisé une scie égoïne et la scie sauteuse (lame à grosses dents).Sinon pas d'autre matériel particulier (sinon bien entendu une visseuse).



Une vue vers l'entrée du grenier où je laisse une marche (j'ai expliqué pourquoi) ...



Là dessus il y aura un revêtement en liège dans la salle de bains (en flottant comme nous avons dans notre chambre en bas), en bois ou peut être du stratifié (au moins dans le petit grenier). A peu près 1 cm d'épaisseur supplémentaire dans tous les cas.

Mais je n'en suis pas là.

Prochaine étape : construction des cloisons et pose des portes ...

J'y reviendrai n'en doutez pas ...

Ménagez vous !

vendredi 14 juillet 2017

C'est une évidence, on avance ...

Reprise de la partie "grenier" ...

Vu de la porte j'en suis là. Le plancher a été nettoyé. Les plus gros trous ont été rebouchés. Ensuite j'ai placé un film anti-fluage (ça s'appelle comme ça) pour éviter que ce que je vais épandre sur le plancher glisse entre les lames (je n'ai pas forcément tout rebouché et dans le temps, un plancher ça travaille). Pour rattraper les niveaux je vais en effet utiliser des granules d'égalisation de chez Fermacell sur lesquels je vais poser des plaques de Fermacell-sol.


Comme j'ai pas mal à rattraper dans le milieu du grenier, je me suis permis de faire une ossature au sol à l'emplacement des futures cloisons. Comme ça j'ai un repère de niveau (le niveau supérieur des plaques affleurera le bois) et j'ai aussi une assise solide pour bâtir mes cloisons.
On a ainsi une matérialisation des futures pièces : Au fond la chambre (25 m2), en entrant à droite la salle de bains et, entre les deux, à droite, le petit grenier (là où on voit un sac rouge).
J'ai passé les gaines électriques dans ce plancher.


A l'entrée du grenier je laisse apparent une partie de plancher ancien pour garder une hauteur suffisante à la porte et ne pas obliger nos visiteurs à porter un casque pour aller dans cette partie de la maison. Il y aura donc une marche juste avant la porte de la salle de bains.
Pour éviter (ou limiter) les soucis avec cette marche je prévois de placer un détecteur de mouvement dans cette zone. Il commandera un spot qui éclairera la marche.


Parmi les menus travaux, pose des plinthes dans la salle de bains. Comment ça, la salle de bains est en fonction depuis 6 ans ? Gnagnagna ... Les plinthes en terre cuite ont trempé quelques heures dans l'eau puis je les ai collées avec un mélange sable fin/chaux.




Au jardin, nous sommes dans les récoltes. A l'entrée du jardin nous laissons composter un tas de fumier au pied duquel Marie a planté des courgettes et des cucurbitacées. Bilan : le tas de fumier est entièrement recouvert par ces végétaux et ... c'est beau !



Marie se réserve quelques moments de détente entre ses nombreuses activités. Par exemple la peinture.


Faut dire qu'elle a de quoi trouver l'inspiration !



Ménagez vous !

samedi 17 juin 2017

Compteur


Je ne sais pas si vous surveillez le compteur là, à droite, mais ça me fait tout drôle de voir qu'on arrive à 200 000 pages vues. Alors un grand merci à tous les visiteurs réguliers ou pas !

Et pour fêter ça :

- La photo ci dessous, souvenir de mon tout récent séjour à Soulac sur mer (comment ça, encore des vacances ?)

- Un grand concours du commentaire (c'est le truc, là, en bas) le plus beau, le plus touchant, le plus décalé, le plus tout ... Attention, il s'agit de faire un nouveau commentaire (je ne vais pas relire tous les commentaires depuis le début du blog !).

Le gagnant du concours (désigné par un jury d'experts composé de moi même et moi même) se verra recevoir toute notre estime (à Marie et moi) ainsi qu'une pierre de la Maison d'après. C'est pas beau ça ?


Cet arbre se trouve dans le jardin d'une villa baptisée Colette. Il s'agit donc du pin de Colette au soleil couchant.



A très bientôt pour suivre nos nouvelles aventures.

Ménagez vous.