samedi 20 janvier 2018

Grenier

Vous savez quoi ? Marie et moi vous souhaitons une très agréable année 2018 avec plein de petits et grands projets !


Bin mon cochon ça fait un moment qu'on attend la suite !?
Alors, le grenier avance doucement mais il avance. Commencé il y a un an il me semble en entrevoir la fin ... Bon, il y a eu des vacances, le jardin, des attentes de matériaux, des visites, des flemmes monumentales, etc.
Mais enfin, il avance.

Un petit tour ?

On commence par la chambre. La cloison (avec le couloir et le grenier) sont habillées en volige de peuplier. A l'intérieur des cloisons il y a 6 cm de laine de bois. Les gaines électriques et les boîtiers sont (évidemment) posés.
Sur les rampants même punition : de la volige de peuplier. Ce fut un peu plus galère que les cloisons car les fermes et pannes anciennes, non changées en 2017 quand le toit a été refait, ne sont pas vraiment droites, voire complètement fantaisistes. Le charme de la rénovation.
La volige est fixée comme du plancher avec des vis à plancher (3.5 x 45 ou 50). 
Sur les murs (entre les rampants et le plancher) qui font 1,50 m de haut j'ai posé de l'OSB3 en 12 mm d'épaisseur. Cet OSB sera peint dans des couleurs vives pour changer un peu des teintes "bois".
Mais j'ai intercalé par ci par là (l'anarchie je vous dis) des planches verticales pour casser les plaques d'OSB et pouvoir ensuite faire des zones de couleurs variées (pas clair ? débrouillez vous ...).
On voit un exemple derrière l'établi pliant qui soutient la scie radiale.




 
 
Dans la chambre sur le pignon ouest, j'ai posé verticalement des planches de mélèze. C'est ce qui nous plaît le plus dans cette chambre. Du coup j'en ai commandé quelques m2  pour un autre projet dans la maison ... Chut ...
L'histoire des planches verticales pour "couper" l'OSB (évoqué ci dessus) de voit un peu mieux sur cette photo (derrière le plateau posé sur tréteaux = cliquez sur la photo pour l'agrandir).


Dans cette chambre il reste l'habillage du fenestrou à réaliser et le sol. Et aussi reboucher les écarts nécessaires dus aux bois tordus.

 Le couloir est en rade mais je commence la semaine prochaine les murs (OSB) et le rampant (lambris large blanc).
Pour les cloisons (salle de bain et grenier) il faut attendre que le plombier daigne venir  (Ce n'est pas faute de l'avoir relancé) ... En effet il y a une partie de la tuyauterie qui passe dans la cloison.



 Autre vue du couloir depuis la porte de la chambre? A gauche, l'entrée du (petit) grenier.

 
Le grenier qui attend lui aussi le plombier ...


La salle de bain. Murs en OSB et bardage bois.





Ça commence à ressembler à quelque chose non ?

La suite dès que ce %$$£*&#!! de plombier sera venu ...

Ménagez vous.


vendredi 3 novembre 2017

Le retour ...


Bon quelques jours d’absence et vous voilà tout déprimés. Allons, allons, les actionnaires de la multinationale "la maison d'après" ne vont pas vous lâcher comme ça. 

Alors, quelles nouvelles depuis le mois d'août ? Dans le désordre :

Trouvez la différence entre les deux photos ci dessous ...




Le (très) gros frêne à côté de la maison a été abattu. Il était malade, nous nous en doutions depuis un moment, mais les travaux ont accéléré sa fin.
Je n'aime pas en général voir des arbres tomber même si, paradoxalement, nous nous chauffons au bois. Mais là, voir tomber ce gros nounours que nous côtoyions depuis 16 ans a été plus difficile que je ne l'imaginais.

Il nous laisse quelques m3 de bois de chauffage, une souche d'environ 1 m de diamètre et pas mal de photos en souvenir.





La vue, quand on arrive à la maison, a bien changé.



Et alors côté grenier ça avance ?

Depuis août les ossatures des cloisons ont été faites. Les portes sont en place.

Nous pouvons maintenant bien appréhender les quatre volumes qui divisent le grenier  : le couloir, la salle de bains, la chambre et le mini-grenier.

Ici dessous, le couloir quand on entre dans le grenier. Au fond la porte de la chambre. A droite l'entrée de la salle de bains (la porte est ouverte) et sa cloison.
Pour l'instant j'ai fermé la cloison intérieure de la salle de bains en OSB3 et j'attends les matériaux pour le sol (liège) et le doublage des murs et rampants (bois).
Nous espérons que la salle de bains sera fonctionnelle pour Noël mais ce n'est pas gagné !


Les cloisons sont faites avec des chevrons de 6x4 cm. De chaque côté il y aura un habillage en bois (planches brutes poncées, lambris, OSB, volige peuplier, etc) et au milieu 6 cm de laine de bois.
L'assemblage des chevrons a été fait par vissage avec entretoises. Le chevron au sol repose sur une bande de liège de 0,5 cm pour limiter la transmission des bruits de la cloison vers le sol (donc le rez de chaussée).

Vue depuis la chambre qui sert d'atelier ...



Sur la photo ci dessous, la porte ouverte est celle de la chambre. A gauche il s'agit de celle du mini-grenier.


A suivre donc et très rapidement je l'espère !

Retour à l'extérieur où un panneau solaire a été installé. Il est relié à un chauffe-eau et devrait nous permettre de réduire notre consommation d'électricité. Nous l'avons mis au sol plutôt que sur le toit car nous sommes dans un périmètre classé.

Il a été posé entre la maison et la serre, dos à la haie qui masque les bacs à compost.



Devant ce panneau et la serre et, profitant du fait que le frêne ne fera plus ni ombre ni concurrence, nous allons installer un petit jardin (60 m2).
L'idée ici, c'est de regrouper la serre et le jardin pour éviter les pas (qui sont nombreux actuellement), mieux utiliser l'eau du puits et au passage mettre en place une zone très productive.


 

Une partie du futur jardin est en place, l'autre moitié devrait suivre rapidement.

Le grand jardin actuel n'est pas abandonné. Il est constitué de 4 parties de 40 m2. Il servira à certaines cultures comme les pommes de terre, les fraisiers et à produire des engrais verts (une partie est déjà implantée en luzerne depuis ce printemps).

Promis, vous aurez d'autres nouvelles rapidement !

Ménagez vous.

mercredi 23 août 2017

Fermacell sol


Je vous avais laissé avec la préparation du sol du grenier : pièces de bois à l'emplacement des futures cloisons, voile anti-fluage, gaines électriques ...

Maintenant le grenier ressemble à ça :


Comment ça c'est pareil ?

Les plus attentifs auront remarqué que des plaques au sol arrivent au niveau supérieur des pièces de bois évoquées plus haut (sauf dans ce qui sera notre petit grenier, à droite, où les granules sont étalés mais les plaques pas encore posées).
Il s'agit de plaques de Fermacell sol.
Ces plaques font 1,50 m x 0.50 m et 2 cm d'épaisseur (c'est la version simple. Il en existe une autre avec une couche de fibres de bois en dessous). Elles pèsent 15 Kg environ . J'en ai monté 60 au grenier. Mais elles sont faciles à porter sous le bras (voir dimensions).
Elles comportent un système de languettes de 5 cm qui permet de les assembler entre elles par collage et vissage.

Comme ici ...


Ça va ?

Les plaques sont simplement posées sur un lit, si possible de niveau (!!!), de granules de béton cellulaire.
Ces granules sont étalés comme pour une chape avec un système de rails et de règles prêtés par le vendeur (et estampillés Fermacell).
Les sacs  contiennent 50  litres de granules et pèsent 20 Kg. Nous en avons montés 45 (Marie m'a aidé sur ce coup là).

Pour ceux qui veulent voir une courte vidéo de démonstration (c'est une vidéo de pub, et ce n'est pas moi !) : Vidéo Fermacell

Les rails et règles avec niveau à bulle intégré SVP :





 Sur la photo ci dessous on voit, du bas vers le haut :

  • Un morceau d'une plaque posée
  • Une bande résiliente en fibres de bois (pour l'isolation phonique)
  • Une pièce de bois
  • Une autre bande résiliente
  • Les granules après étalement
Ai je besoin de préciser que c'est vu de dessus ? Ah si ?



 Ici les plaques posées de chaque côté d'une future cloison avec également des bandes résilientes.



 C'est un peu physique mais c'est à la portée d'un bricoleur. J'avais un peu de pression car le vendeur vous prête les règles mais il ne faut pas les garder 6 mois ! (et c'est un vrai confort que d'avoir ce matériel).

Pour couper les plaques j'ai utilisé une scie égoïne et la scie sauteuse (lame à grosses dents).Sinon pas d'autre matériel particulier (sinon bien entendu une visseuse).



Une vue vers l'entrée du grenier où je laisse une marche (j'ai expliqué pourquoi) ...



Là dessus il y aura un revêtement en liège dans la salle de bains (en flottant comme nous avons dans notre chambre en bas), en bois ou peut être du stratifié (au moins dans le petit grenier). A peu près 1 cm d'épaisseur supplémentaire dans tous les cas.

Mais je n'en suis pas là.

Prochaine étape : construction des cloisons et pose des portes ...

J'y reviendrai n'en doutez pas ...

Ménagez vous !

vendredi 14 juillet 2017

C'est une évidence, on avance ...

Reprise de la partie "grenier" ...

Vu de la porte j'en suis là. Le plancher a été nettoyé. Les plus gros trous ont été rebouchés. Ensuite j'ai placé un film anti-fluage (ça s'appelle comme ça) pour éviter que ce que je vais épandre sur le plancher glisse entre les lames (je n'ai pas forcément tout rebouché et dans le temps, un plancher ça travaille). Pour rattraper les niveaux je vais en effet utiliser des granules d'égalisation de chez Fermacell sur lesquels je vais poser des plaques de Fermacell-sol.


Comme j'ai pas mal à rattraper dans le milieu du grenier, je me suis permis de faire une ossature au sol à l'emplacement des futures cloisons. Comme ça j'ai un repère de niveau (le niveau supérieur des plaques affleurera le bois) et j'ai aussi une assise solide pour bâtir mes cloisons.
On a ainsi une matérialisation des futures pièces : Au fond la chambre (25 m2), en entrant à droite la salle de bains et, entre les deux, à droite, le petit grenier (là où on voit un sac rouge).
J'ai passé les gaines électriques dans ce plancher.


A l'entrée du grenier je laisse apparent une partie de plancher ancien pour garder une hauteur suffisante à la porte et ne pas obliger nos visiteurs à porter un casque pour aller dans cette partie de la maison. Il y aura donc une marche juste avant la porte de la salle de bains.
Pour éviter (ou limiter) les soucis avec cette marche je prévois de placer un détecteur de mouvement dans cette zone. Il commandera un spot qui éclairera la marche.


Parmi les menus travaux, pose des plinthes dans la salle de bains. Comment ça, la salle de bains est en fonction depuis 6 ans ? Gnagnagna ... Les plinthes en terre cuite ont trempé quelques heures dans l'eau puis je les ai collées avec un mélange sable fin/chaux.




Au jardin, nous sommes dans les récoltes. A l'entrée du jardin nous laissons composter un tas de fumier au pied duquel Marie a planté des courgettes et des cucurbitacées. Bilan : le tas de fumier est entièrement recouvert par ces végétaux et ... c'est beau !



Marie se réserve quelques moments de détente entre ses nombreuses activités. Par exemple la peinture.


Faut dire qu'elle a de quoi trouver l'inspiration !



Ménagez vous !

samedi 17 juin 2017

Compteur


Je ne sais pas si vous surveillez le compteur là, à droite, mais ça me fait tout drôle de voir qu'on arrive à 200 000 pages vues. Alors un grand merci à tous les visiteurs réguliers ou pas !

Et pour fêter ça :

- La photo ci dessous, souvenir de mon tout récent séjour à Soulac sur mer (comment ça, encore des vacances ?)

- Un grand concours du commentaire (c'est le truc, là, en bas) le plus beau, le plus touchant, le plus décalé, le plus tout ... Attention, il s'agit de faire un nouveau commentaire (je ne vais pas relire tous les commentaires depuis le début du blog !).

Le gagnant du concours (désigné par un jury d'experts composé de moi même et moi même) se verra recevoir toute notre estime (à Marie et moi) ainsi qu'une pierre de la Maison d'après. C'est pas beau ça ?


Cet arbre se trouve dans le jardin d'une villa baptisée Colette. Il s'agit donc du pin de Colette au soleil couchant.



A très bientôt pour suivre nos nouvelles aventures.

Ménagez vous.

lundi 12 juin 2017

Des photos de voyage


Comme évoqué précédemment je suis allé me balader en Irlande et à Chicago.
Inhabituel sur ce blog mais réclamées par 352623 personnes, voici quelques photos de mon voyage.

Dublin.

Au fond, la statue d'Oscar Wilde. La petite dame au premier plan semble dire : "Ce n'est pourtant pas lui qui m'a fait ça ?" ...


Chicago.

Dans les couloirs du célèbre département d'économie de la célèbre université où travaillent de célèbres chercheurs Français ! Bon c'était un dimanche matin et il n'y avait pas un chat ... Encore que ...


Une grenouille que j'aurais bien rapportée pour notre mare.


Le musée (Art Institute) avec ce tableau de Hopper (que Marie et moi aimons beaucoup) devant lequel je suis resté planté un certain temps.


Faut pas penser qu'aux nourritures de l'esprit et je n'allais pas là bas pour manger du cassoulet !


L'entrée du stade des Cubs (équipe de baseball de Chicago) où j'ai eu le plaisir de voir un match.


Parc avec une drôle de fleur qui a laissé tomber ses pétales.


Sculpture de Calder au milieu des gratte-ciel (nom masculin invariable).


Intérieur de la Poetry Foundation


L'opéra en plein air : surprenant, énorme, majestueux, etc, etc.J'ai rêvé d'y assister à un concert (de Bruce Springsteen, tiens par exemple).


L'intérieur de la cathédrale (enfin, un bout ...)



Ma future voiture ...



En les voyant tous les deux j'ai pensé au carnaval. Mais non, ça avait l'air bien plus sérieux.


Chicago est au bord du lac Michigan (200 Km x 500 Km, en gros) alors, forcément, il y a de l'eau.


Pilsen, le quartier Mexicain, avec ses peintures. On est loin du graffiti vite fait.


Toujours à Pilsen. Bon appétit ! Et je vous épargne la deuxième moitié.


Immeubles avec, sur le devant, la bordure métallique d'une passerelle. Tout avait un reflet doré.


Immeubles et avion ...


Une mariée (elle pose pour un photographe)  devant la fontaine (Buckingham Fountain).


 La dite fontaine.


 
En haut de la Willis Tower (là j'étais à environ 400 m). Mais non, ce n'est pas moi sur la photo !


En bas de la Willis Tower ...

 
 Des immeubles et, au premier plan, les arbres du Millennium Park


A l'entrée du Millennium Park, outre l'opéra, on trouve le Bean (de son vrai nom le Cloud Gate). C'est une sculpture en acier inox de Anish Kapoor. Elle doit faire 10 m de haut et peser 100 tonnes. Sur cette photo il y a peu de monde mais un peu plus tard dans la matinée il devient difficile d'avoir une vue aussi dégagée !


La rivière qui traverse Chicago.

 
 Ce drapeau est accroché partout. Curieux, non ?


D'autres immeubles (faut dire qu'il y en a un paquet).



Autoportrait (si, si) : pas de doutes j'étais bien aux USA.


Monsieur Lincoln.



Il y en a plein d'autres mais faut pas abuser ... Et j'aurais des difficultés à vous retranscrire tous les petits et grands plaisirs de ce voyage : un pub de quartier ou un resto japonais de Dublin, un burger de Billy Goat, une petite Groose, une balade au bord de la rivière ou à Pilsen ou ailleurs, un sandwich ou un croque monsieur (sic), des couleurs, des formes, des comportements d'autochtones (qu'est ce qu'il y a comme américains à Chicago !), un concert de Blues, etc, etc ... et avant tout l'accueil, la gentillesse et la patience de mes hôtes Irlandais et Américains !!!

Ménagez vous.